Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 327

Sylvie Rozenfeld : Spécialiste du redressement de projets
IT en difficulté, vous êtes juriste de formation et vous
avez appris l'informatique et la gestion de projet sur le
terrain. Vous avez travaillé pour des cabinets d'expertise,
notamment judiciaire, et vous avez créé votre propre
société de conseil. Après plus de dix années passées à
accompagner les cabinets d'avocats dans leurs dossiers
de contentieux en informatique, qu'avez-vous appris des
échecs de ces projets informatiques ?
David Feldman : L'expérience m'a appris qu'un échec
permet de tirer beaucoup de leçons. Dans le cadre
d'expertises judiciaires, les équipes des entreprises
utilisatrices, des intégrateurs ou des éditeurs vivent très
mal ces contentieux. Or, pour un professionnel, il y a une
vie avant l'échec et il y en a une autre après. L'échec d'un
projet permet d'attirer la vigilance des professionnels sur des
sujets qu'ils ne considéraient pas comme importants avant
qu'ils ne surviennent. Ce sont des moments très difficiles,
voire traumatisants pour les équipes qui ont travaillé très
longtemps sur des projets souvent très stratégiques pour
leur entreprise mais qui sont aussi très formateurs. Ceux qui
sont partie prenante dans un contentieux, mais aussi dans
le cadre d'une médiation ou même en tant que facilitateur
avant l'apparition du contentieux, modifient leur manière
de travailler car le litige a, en général, été révélateur de
processus ou d'une organisation qui n'étaient pas adaptés.

la livraison d'un module, d'un lot ou de la solution, l'utilisateur
est parfois étonné de constater, par exemple, l'existence d'un
trou fonctionnel énorme. Le client n'a pas explicité son besoin,
pensant qu'il s'agissait d'une évidence de son métier que le
prestataire aurait dû connaître. Un professeur de droit que
j'ai eu disait que les évidences doivent être écrites dans les
contrats.
Pourquoi cette dérive peut-elle conduire à l'échec du
projet ?
Nous sommes dans le cadre d'un contrat au forfait. Soit le
prestataire est rigoureux et intervient vite pour dire que la
demande est hors cadre ; dans ce cas, il va émettre un devis et
le client va devoir payer pour cette prestation supplémentaire.
Ce que le client peut contester. Soit, la SSII évite de le dire car
elle est gênée de l'annoncer au client.
Que se passe-t-il quand le prestataire n'ose pas dire à son
client que la demande est hors forfait ?
J'ai le cas actuellement sur un projet de développement
spécifique où il y a une relation très forte entre la SSII et le
client qui a un métier très spécifique. Après un an de projet,
un retard d'un an a été annoncé. C'est remonté à la direction
générale de la société de services. Si on décale le planning, il
faut payer le retard. On se retrouve ainsi dans une situation
de blocage avec de grandes tensions car le contrat au forfait
ne permet pas de gérer ce genre de situation qui n'était pas
prévue.

Quelles sont les grandes causes de dérives ou d'échec ?
Avez-vous d'autres exemples de causes d'échec ?
On retrouve des causes récurrentes quel que soit la dérive
Le déséquilibre du contrat est également une cause d'échec.
ou l'échec du projet. Après avoir travaillé longtemps
J'ai connu une époque où les contrats étaient complètement
dans l'expertise informatique avec les experts conseils ou
déséquilibrés, au profit du prestataire. C'est un peu moins
judiciaires ainsi qu'avec des avocats, je me suis dit qu'il fallait
vrai aujourd'hui sur les grands projets, sauf pour les licences
modéliser ces causes, avec la double approche du juriste et
des éditeurs d'ERP où il n'y a guère de marge de négociation
de l'expert en informatique. J'ai étudié des dossiers aussi
possible. Aujourd'hui, les contrats de grands projets sont
divers que des projets d'intégration ou de développement
plus matures. On a compris
de logiciels spécifiques. La
qu'il était stupide de rédiger un
cause que l'on retrouve dans
« La cause que l'on retrouve dans
contrat contraire aux intérêts de
tous les projets informatiques qui
tous les projets informatiques qui
la société utilisatrice, même si elle
rencontrent des difficultés est la
n'a pas de juriste spécialiste des
perte de la maîtrise du périmètre
rencontrent des difficultés est la
contrats informatiques. Les SSII,
fonctionnel. Souvent, on lance
perte de la maîtrise du périmètre
au contraire, ont des juristes très
des projets informatiques, même
fonctionnel. »
spécialisés, des chefs de projets
stratégiques, dans la précipitation.
qui savent comment sauvegarder
On signe des contrats au forfait
leurs intérêts. Auparavant, on se retrouvait avec des situations
qui reflètent une certaine image du besoin de la société
de déséquilibres dans le contrat et au niveau opérationnel.
utilisatrice à un instant T. Sur un développement spécifique,
Ce qui n'est plus vraiment le cas aujourd'hui.
on va signer un contrat avec un cahier des charges, souvent
rédigé par une direction métier pressée. On va conclure
Y-a-t-il d'autres causes de dérives ?
un contrat au forfait par rapport aux besoins identifiés au
La négligence de l'assurance-qualité. Ce sont toutes les
moment de sa signature. Mais il arrive un temps où l'on
règles qui vont régir le déroulement du projet. Elles sont
doit rediscuter des besoins. L'utilisateur va les expliciter et
généralement détaillées dans une annexe du contrat qu'on
naturellement, il va les faire évoluer pendant le projet, soit
appelle « plan qualité-projet » ou « plan qualité-service » sur
parce qu'il aura oublié de préciser des points à mettre dans
le contrat de tierce maintenance applicative. Il y a quelques
le cahier des charges ou qu'il n'aura pas pensé à les préciser
temps encore cette assurance-qualité était totalement
pensant qu'ils étaient évidents. C'est toute la question de
négligée. Puis on est tombé dans l'excès inverse. Les SSII
l'implicite. Par ailleurs, peut-être que la société de services n'a
présentaient des plans qualité-projet de cent pages que
pas mis à disposition des consultants assez expérimentés ou
personne ne lisait.
n'a pas « challengé » l'utilisateur. Quand arrive le moment de

EXPERTISES OCTOBRE 2016

327



Table des matières de la publication Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417

Couverture
Editorial & Sommaire
MAGAZINE RÉSEAUX SOCIAUX : ENTRE MODÉRATION ET CENSURE
INTERVIEW PRÉVENIR LES DÉRIVES DES PROJETS INFORMATIQUES
DOCTRINE
CYBERCRIMINALITÉ : RÉSEAUX ET «BOTS» SOCIAUX, DU MEILLEUR ATTENDU AU PIRE À CRAINDRE
SECRET D’AFFAIRES : TOUT EST QUESTION DE MESURE !
CYBERSÉCURITÉ : LA DIRECTIVE SRI, VERS UN CADRE HARMONISÉ ?
DONNÉES PERSONNELLES : L’IMPACT DU GDPR SUR LES ÉDITEURS DE LOGICIEL
DROIT SOCIAL : LE SMS DANS LE CONTENTIEUX PRUD’HOMAL
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - Couverture
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - Editorial & Sommaire
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - MAGAZINE RÉSEAUX SOCIAUX : ENTRE MODÉRATION ET CENSURE
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 316
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 317
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 318
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 319
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 320
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 321
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 322
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 323
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 324
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 325
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - INTERVIEW PRÉVENIR LES DÉRIVES DES PROJETS INFORMATIQUES
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 327
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 328
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 329
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - CYBERCRIMINALITÉ : RÉSEAUX ET «BOTS» SOCIAUX, DU MEILLEUR ATTENDU AU PIRE À CRAINDRE
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 331
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 332
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 333
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 334
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 335
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - SECRET D’AFFAIRES : TOUT EST QUESTION DE MESURE !
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 337
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 338
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 339
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 340
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 341
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 342
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 343
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 344
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - CYBERSÉCURITÉ : LA DIRECTIVE SRI, VERS UN CADRE HARMONISÉ ?
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 346
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - DONNÉES PERSONNELLES : L’IMPACT DU GDPR SUR LES ÉDITEURS DE LOGICIEL
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 348
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 349
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - DROIT SOCIAL : LE SMS DANS LE CONTENTIEUX PRUD’HOMAL
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 351
Expertises des Systèmes d'information - Le mensuel du droit de l'informatique et du multimédia - Octobre 2016 - n°417 - 352
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-2007_459
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-2006_458
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-2005_457
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-2004_456
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-2003_455
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-2002_454
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-2001_453
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1912_452
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1911_451
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1910_450
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1909_449
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1907_448
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1906_447
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1905_446
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1904_445
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1903_444
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1902_443
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1901_442
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1812_441
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1811_440
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1810_439
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1809_438
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1807_437
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1806_436
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1805_435
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1804_434
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1803_433
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1802_432
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1801_431
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1712_430
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1711_429
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1710_428
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1709_427
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1707_426
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1706_425
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1705_424
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1704_423
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1703_422
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1702_421
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1701_420
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1612_419
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1611_418
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1610_417
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1609_416
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1607_415
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1606_414
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1605_413
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1604_412
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1603_411
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1602_410
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1601_409
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1512_408
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1511_407
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1510_406
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1509_405
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1507_404
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1506_403
https://www.nxtbook.fr/newpress/celog/celog-expertises-1502_399
https://www.nxtbookmedia.com