La revue RH&M - N°59 - Octobre 2015 - (Page 58)

FOCUS Jean-Philippe GOUIN, Associé Capital Humain, DELOITTE INTERNATIONAL AUGMENTATIONS SALARIALES STABLES EN 2015 EN DÉPIT DES PRÉVISIONS PRUDENTES EN DÉBUT D'ANNÉE C es derniers mois en France, dans un contexte en fort mouvement (Loi Macron, réforme des retraites, contrat de génération, formation professionnelle...), les questions salariales demeurent au cœur de l'actualité. Dans son étude annuelle sur les rémunérations individuelles, Deloitte apporte un éclairage sur les évolutions salariales en 2015 et sur les perspectives d'augmentations pour 2016. Pour cette 4ème édition, le cabinet a analysé les données de plus de 370 entreprises, représentant plus de 825 000 données individuelles de rémunération, faisant de cette étude l'une des plus représentatives de France. Des augmentations finalement stables Nous notons cette année une stabilité des augmentations salariales (en moyenne 2,6% pour les cadres et non cadres). Conséquence du contexte économique, les prévisions d'augmentation 2016 se maintiennent dans une tendance proche de celle de l'an dernier (entre 1,5% et 1,7%). D'une manière générale, nous notons que les budgets d'augmentation suivent une tendance baissière d'année en année depuis 2011 (2,6%). Les augmentations générales, dont l'objet principal est le maintien du pouvoir d'achat, sont fortement impactées par une faible inflation (prévision à 0,6% pour 2015). De plus, près de sept entreprises sur dix déclarent vouloir n'appliquer que des augmentations individuelles pour leur population cadre. Pour la population non-cadre, elles seraient une sur deux à utiliser un mix d'augmentations individuelles et générales. Légère augmentation de la part variable des cadres supérieurs Comme les années précédentes, près de neuf entreprises sur dix ont distribué une part variable pour leurs cadres, et près de 72% d'entre eux en ont bénéficié. La part variable représente en moyenne 6 à 9% du salaire de base pour les cadres de 1er niveau et plus de 15 à 25% pour les cadres supérieurs. Les montants de part variable des cadres supérieurs sont en hausse de 8% par rapport à 2014. De plus, nous observons pour la première fois depuis quelques années une hausse de 8 à 12% sur les parts variables les plus faibles. Malgré le contexte économique, le pay-out (rapport entre le bonus versé et le bonus cible) est de 88% cette année, similaire à 2014 (87%). Les systèmes de part variable pour les non- P.58 | OCTOBRE 2015 | LA REVUE RH&M N°59 cadres restent peu répandus (à l'exception des forces de vente) et le montant versé en 2015 pour les éligibles représente de 4 à 7% du salaire de base. Nouvelle baisse de l'épargne salariale Près de 77% des entreprises du panel ont un accord d'intéressement et 89% ont un accord de participation. Si l'épargne salariale (intéressement et participation) diminue à nouveau cette année par rapport à 2014 (-3 à -5%), nous constatons une hausse des montants les plus faibles de l'ordre de 7 à 12%. La diminution de l'épargne salariale s'explique en partie par le contexte économique et les résultats financiers des entreprises qui ne permettent pas de verser les niveaux habituels. Parallèlement, la forte hausse du forfait social sur les cinq dernières années (2% en 2009, 20% en 2013) avait incité les entreprises à être prudentes en renégociant leurs accords (dans la crainte d'une nouvelle hausse du forfait social). L'écart entre les nouvelles régions L'étude, qui prend en compte les nouvelles régions administratives, note que comme en 2014, l'écart de rémunération entre l'Ile-de-France et les régions se situe entre 5% et 6% selon les niveaux de responsabilité (Paris : +2% ; régions : -3%), conséquence principalement d'une différence de coût de la vie. L'étude montre des écarts de rémunération entre nouvelles régions légèrement plus marqués pour les non-cadres (entre -3% et 3%) que pour les cadres tant en salaire de base qu'en rémunération totale. Comme en 2014, il existe un écart de rémunération de l'ordre de 10 points entre les grandes entreprises (plus de 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires) et les PME (moins de 50 millions d'euros de chiffre d'affaires) en salaire de base. En prenant en compte l'impact des régions, cet écart est alors de 18 points entre les grandes entreprises parisiennes et les PME régionales. Rubrique dirigée par Philippe BURGER, Associé, DELOITTE - 185 avenue Charles de Gaulle 92524 - Neuilly sur Seine pburger@deloitte.fr

Table des matières de la publication La revue RH&M - N°59 - Octobre 2015

Couverture
FORCES & IDÉES - PHILIPPE ZAWIEJA ENNUI AU TRAVAIL : LA FAUTE À L’ÉDUCATION ET AU RECRUTEMENT ?
CHRONIQUE ÉCONOMIQUE - MARC TOUATI KRACH, BOOM, HYSTÉRIE
ACTUALITÉ - PASCAL BELLO LA RESPONSABILITÉ SOCIALE ET CITOYENNE DE L’ENTREPRISE
SOMMAIRE
LE GRAND ENTRETIEN MYRIAM EL KHOMRI, MINISTRE DU TRAVAIL, DE L’EMPLOI, DU DIALOGUE SOCIAL ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE LES DRH ONT UN RÔLE MAJEUR !
LE GRAND ENTRETIEN
JEAN-DENIS COMBREXELLE, PRÉSIDENT DE LA SECTION SOCIALE DU CONSEIL D’ÉTAT - DES PROPOSITIONS AUDACIEUSES ET OPÉRATIONNELLES, À METTRE EN OEUVRE « MAINTENANT » !
ELISABETH DUCOTTET, CO-PRÉSIDENTE DU METI, PRÉSIDENTDIRECTEUR- GÉNÉRAL DE THUASNE - LOI MACRON, RAPPORT COMBREXELLE, DIGITALISATION... LES PERSPECTIVES DU DRH DU FUTUR
TENDANCES RH
DÉCRYPTAGE, XAVIER COLLOT LES ENJEUX DES MESURES EPARGNE SALARIALE INTÉGRÉES À LA LOI MACRON, SIMPLIFICATION ET FINANCEMENT DE L’ÉCONOMIE DE LONG-TERME
DÉCRYPTAGE, ALAIN SAURET LOI MACRON : UN VOLET SOCIAL D’ASSOUPLISSEMENT BIENVENU DES RÈGLES EXISTANTES
TÉMOIGNAGE, ANNE DENUELLE QUAND UNE GÉNÉRATION POUSSE L’ENTREPRISE À ÉVOLUER
TÉMOIGNAGE, VALÉRIE BOSSARD LES RH MOTEURS DE L’INNOVATION EN ENTREPRISE ? ALORS SOYONS EXEMPLAIRES...
ÉTUDE, CYRILLE CHEVRILLON LE CAPITAL HUMAIN, L’ARME CLÉ DES ENTREPRISES FAMILIALES
ACTUALITÉ JURIDIQUE, HENRI GREGO QUEL POUVOIR DISCIPLINAIRE POUR L’EMPLOYEUR ?
TENDANCES MANAGEMENT
ÉTUDE, FRÉDÉRIC DABI LE CERCLE DE L’EXCELLENCE RH SE MOBILISE POUR CONNECTER L’ENTREPRISE ET LE POLITIQUE
TRIBUNE, ISABELLE LEFEVRE-BACHELLEREAU LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL, UN MODUS OPERANDI EFFICACE
ÉTUDE, PHILIPPE CORROT L’UBERISATION DE L’ÉCONOMIE : QUAND LES START-UP MÈNENT LA DANSEE
QUESTIONS À... GRÉGOIRE CABRI-WILTZER LE MANAGEMENT DE TRANSITION
TÉMOIGNAGE, PATRICK MARGRON POURQUOI LA TRANSFORMATION DIGITALE FAIT PEUR ?
TÉMOIGNAGE, SANDRINE BRANDT DIGITAL IN OR OUT ?
RH À L’INTERNATIONAL
EMMANUEL JAHAN ÉGALITÉ HOMME-FEMMES : LES TRAITÉS DE ROME (1957) ET D’AMSTERDAM (1997) VIOLÉS ? OU LORSQUE LES TRAITÉS NE SUFFISENT PAS À CHANGER UNE SOCIÉTÉ
ÉTUDE, JÉRÔME HERVÉ CRÉATION DE VALEUR BOURSIÈRE : LA FRANCE ET L’EUROPE DOIVENT REMONTER LA PENTE
MARC DELUZET L’ENJEU RH DES SOCLES DE PROTECTION SOCIALE
RH & RECHERCHES ACADÉMIQUES
SANDRINE DARAUT VERS UN SYSTÈME D’INFORMATION ET DE COMMUNICATION « CRÉATIVITÉ » COMME SUPPORT ET OBJET D’APPRENTISSAGE RH
JEAN-MARIE PERETTI LA FIDÉLISATION DES TALENTS
SANDRINE DARAUT VERS UN SYSTÈME D’INFORMATION ET DE COMMUNICATION « CRÉATIVITÉ » COMME SUPPORT ET OBJET D’APPRENTISSAGE RH
AGENDA
CONSEIL EN DROIT SOCIAL, NICOLAS MANCRET
LANGAGE AUX AGUETS, JEANNE BORDEAU
CHRONIQUES
DU LEADERSHIP, ERIC-JEAN GARCIA FORMATIONS AU LEADERSHIP : INDISPENSABLES PRÉLIMINAIRES
DU DIGITAL, DOMINIQUE TURCQ LE CAPITAL HUMAIN COMME PORTEFEUILLE INDIVIDUEL ET MESURABLE
DE L’INNOVATION RH, SYLVIE BRÉMOND-MOOKERJEE CULTURE INNOVATION : ENTRE « LEGACY » ET « DIGITAL » ! LE DRH GARANT DU PASSÉ ET DE L’AVENIR
DU FUTUR, FABIENNE GOUX-BAUDIMENT IL SERA UNE FOIS…L’EMAIL DETOX
DE LA COMPLIANCE, BLANDINE CORDIER-PALASSE COMPLIANCE ET GOUVERNANCE–LEADERSHIP INDIVIDUEL OU COLLECTIF ?
FOCUS - Le cahier des RH Managers
SOMMAIRE
INTERNATIONAL
PROTECTION SOCIALE
SIRH
ORGANISATION RH
INNOVATION
REGLEMENTATION RH
FORMATION
LIBRIS CLUB RH&M
LA SÉLECTION LIBRIS CLUB
LIBRIS CLUB RH&M, DANIEL MARTIN REPENSER LE MANAGEMENT, UNE URGENCE À L’ÈRE DU NUMÉRIQUE
LU POUR VOUS, JEAN-MICHEL GARRIGUES LE SYNDROME FRANÇAIS – C’EST PAS MA FAUTE
REPORTAGE
12ÈME EDITION DE L’UNIVERSITÉ D’ETÉ
DOSSIER
LA CHRONIQUE D’EMMANUEL JOB
ART ET ENTREPRISE, J.-P. LORRIAUX
LE COUP DE GUEULE, HERVÉ SERIEYX

La revue RH&M - N°59 - Octobre 2015

https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1910_75
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1907_74
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1904_73
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1901_72
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1810_71
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1807_70
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1804_69
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1801_68
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1710_67
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1707_66
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1704_65
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1701_64
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1610_63
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1607_62
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1604_61
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1601_60
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1510_59
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1507_58
https://www.nxtbook.fr/newpress/RHM/La_revue_RHM-1504_57
http://www.nxtbook.com/newpress/RHM/La_revue_RHM-1501_56
http://www.nxtbook.com/newpress/RHM/La_revue_RHM-1410_55
http://www.nxtbookMEDIA.com