In This Issue

Jump to Page

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99 | 100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124 | 125

L'AVENIR ÉNERGÉTIQUE DU BÂTI EXISTANT BRUXELLOIS : ENTRE PERFORMANCE ET PRÉSERVATION

et les faire revenir une fois le bâtiment réhabilité. Cette pratique lui posait question puisque les habitants de la tour allaient prendre la place d’autres locataires inscrits sur les listes d’attente, les forçant à patienter plus longtemps encore. Pour elle, ce bâtiment devait être rénové en site occupé.

Cette première étape de l’étude a, dès lors, permis à la société du Logement molenbeekois ainsi qu’au Collège de se positionner définitivement en faveur d’un projet de rénovation et non d’une démolition.

La deuxième étape a consisté à étudier avec bon sens tout ce qui pouvait être optimalisé dans l’existant. La logique sous-jacente était celle de l’amélioration et non celle de la conformité aux normes. Cette démarche n’avait pas les faveurs de la Société de Logements de la Région de Bruxelles-Capitale (SLRB) qui n’avait d’autre choix que la mise aux normes, sans exception possible. Mais Anne Lacaton n’en démordait pas : il fallait d’abord se demander comment améliorer l’existant, sinon toute l’opération de rénovation aurait été un non-sens. Son bureau a également travaillé sur la composante humaine, en ce sens que les équipes ont visité les familles dans chaque appartement afin d’analyser les situations de suroccupation ou de sous-occupation. Cela a permis de constater, par exemple, qu’une chambre prévue pour un enfant était utilisée pour trois enfants alors que, dans d’autres appartements, certaines pièces étaient inoccupées, car les enfants, devenus adultes, n’y habitaient plus. Cette méthode a démontré qu’en optimisant simplement la répartition des habitants au sein de la tour, par des mouvements internes, on pouvait déjà faire beaucoup de choses.

QUELQUES CHIFFRES :

Emprise au sol 381 m2
Surface totale 6482 m2
Nombre de logements 97
Nombre d’habitants 242
Consommation 179 kWh/m2/an
Coût moyen du chauffage 456 euros/an ; 38 euros/mois
Loyers de base de 175 à 324 euros/mois
Loyers réels 122 à 227 euros/mois

Fig. 6 à 12

Les appartements sont lumineux, proposant une fenêtre dans chaque pièce. Le toit-plat offre une vue panoramique sur la ville (© Lacaton & Vassal).



91