Partager

Vous souhaitez partager cet article avec votre communauté en ligne?

Ajouter à del.icio.us Ajouter à Digg Ajouter à Google Bookmarks shareLinkedin

Mémoire - Bicentenaire de la naissance de Franz Liszt

Le 31 décembre 1845, à Rennes, comme si vous y étiez ! L'Opéra de Rennes profite du bicentenaire de la naissance de Franz Liszt pour rejouer, à la note près, le concert donné par le pianiste dans les salons de l'hôtel de ville.

Des messieurs en chapeau haut de forme au sommet de leur forme. Des dames dans leur plus belle toilette, aux yeux étincelant d'étoiles. Le moins que l'on puisse dire, à lire les comptes rendus de l'époque, c'est que la représentation donnée par Franz Liszt lui-même au soir du 31 décembre 1845 ne passa pas inaperçue. Le public présent ce soir-là dans les salons de l'hôtel de ville pouvait désormais parler de spectacle à la place des traditionnels concerts.

Le public debout sur les chaises
31 décembre 1845, donc. La monarchie de Juillet bat son plein. La société rennaise, comme partout ailleurs en France, hésite encore entre l'Ancien Régime et la République. Le peuple en armes rêve de culture. Mais en attendant que la fameuse Égalité renvoie les tenues de gala au vestiaire, seuls quelque quatre cents bourgeois aisés pourront s'acquitter des 5 francs (une somme !) pour figurer sur la liste des privilégiés. Ils en auront pour leur argent et se souviendront longtemps du passage de Franz Liszt à Rennes.
Rappelée six fois, la légende vivante termine son récital « courbée sous les applaudissements » relate le Journal de Rennes insistant sur l'enthousiasme des Rennais, et même sur leur manque de réserve tout à fait inhabituel, digne d'un concert des Trans Musicales.
« L'auditoire était vraiment transporté. On changeait de place pour mieux entendre. On montait sur les chaises et sur les banquettes. Le public rennais, d'ordinaire si froid, avait changé de nature. » Le chaud pouvait désormais souffler sur la capitale de Bretagne. Franz Liszt venait quant à lui d'inventer le show-business.

Liszt, star du showbiz
« Franz Liszt n'a pas attendu l'invention du chemin de fer pour partir en tournée », précise l'éminente spécialiste Marie-Claire Mussat, auteur du si précieux Musique et société à Rennes aux xviiie et xixe siècles. Il faut donc se représenter le compositeur et interprète hongrois, transportant son immense piano érard sur les routes, au gré de ses haltes dans les villes du Grand Ouest. Nantes, Angers, Laval, et, donc, Rennes, où il fêtera le nouvel an. « À plus d'un titre, Franz Liszt préfigure la star d'aujourd'hui, continue l'ancienne présidente d'honneur de l'Orchestre de Bretagne. Il incarne d'abord les premiers artistes voyageurs, animés d'une philosophie du partage d'une musique qui ne soit plus l'apanage des élites parisiennes. » On lui doit également d'avoir, en quelque sorte, à travers le récital, inventé le one-manshow : « Au centre se montrait seul un énorme piano à queue. Un piano, un pianiste, huit morceaux… Et voilà un concert », jubile le même Journal de Rennes.
« À Rennes, à cette époque, on ne joue jamais une oeuvre dans son ensemble », continue Marie-Claire Mussat. Les concerts ressemblent alors à un joyeux bazar où les artistes se succèdent sur scène, dessinant un patchwork de genres aussi baroque que bariolé.
Extraverti – quand son ami Frédéric Chopin cultive le repli sur soi –, Franz Liszt est un insatiable charmeur revendiquant une totale liberté d'écriture. Un artiste moderne affranchi des conventions, capable surtout de s'adapter aux attentes de son auditoire.
Pour son concert rennais, le musicien progressiste a concocté un programme riche en transcriptions (Chopin, Rossini, Weber…) et en fantaisies sur des airs d'opéra. Il vise juste avec son Ouverture de Guillaume Tell, avant de lâcher complètement les chevaux sur le Grand galop chromatique final. « Un vrai show à la Johnny Halliday », conclut MarieClaire Mussat.

Jean-Baptiste Gandon

Concert Franz Liszt. Commémoration de la venue de Franz Liszt à Rennes, le 31 décembre 1845. Mardi 20 septembre, 20 h, Opéra de Rennes. De 6 à 27 €. 02 99 78 48 78.
www.opera-rennes.fr


36 Les Rennais - septembre-octobre 2011 - no 4