Dans cette parution

Aller directement à la page

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56
Envoyer par email

Jazz à l'étage : des rêves et Dianne Reeves

Pour son 6e round, Jazz à l’étage étend sa toile dans les communes de Rennes Métropole et poursuit son œuvre pédagogique. D’Otis Taylor à Dianne Reeves, la programmation ne souffre quant à elle aucun bémol.

Diane Reeves et Otis Taylor, c’est un peu la Belle et la Bête. Dianne Reeves : la patronne des divas du jazz, la déesse de Détroit, aux yeux de braise et à la voix de rêve. Otis Taylor, le boss du blues, le pit bull de Chicago à la barbe hirsute et aux cantiques rocailleux. Pour cette 6e édition, Yann Martin et Jazz à l’étage ont donc décidé de nous balader entre Ying et Yang, blanches et noires, à bord d’un magnifique train bleu.

Une dizaine de noms, prestigieux ou prometteurs, figurent sur la partition de ce nouveau tour de swing : les curieux se laisseront happer par le show hiphop de Lisa Speda ; harponner par la chaleur très pop de la harpiste Laura Perrudin. Ils reviendront volontiers entendre le pianiste virtuose Dexter Goldberg, lauréat jeune talent du concours Fresh Sound de l’édition 2014.

Cette année, c’est décidé, Jazz à l’étage exauce tous vos voeux. Miles Davis voulait quant à lui « être blanc » ; Thelonious Monk rêvait de « rencontrer Dieu ». C’est en quelque sorte le testament laissé à la postérité du jazz le spécialiste du bebop Laurent Courthaliac rendra hommage aux Champs Libres : « Elle était rentière et, surtout, la plus grande mécène du jazz, pose Yann Martin. Sa maison a accueilli tous les grands noms : Monk, Coltrane, Getz, Davis… L’histoire du jazz s’est écrite dans sa maison ! » Miss Panonica avait aussi une marotte : elle prenait un polaroïd de chaque artiste reçu, et leur demandait trois voeux. Un diaporama à ne manquer pour rien au monde.

En multipliant les Transversales, à savoir des concerts commentés, dans les médiathèques de Rennes Métropole, le festival continue de tirer sur le fil pédagojazz : Ça rythme à quoi ?, pour tout savoir du sax en compagnie du Rennais Maxence Ravelomanantsoa ; From Harlem to Montmartre, pour suivre Trénet et Nougaro en voyage à la Grosse Pomme… En attendant Dianne Reeves, la reine aux cinq Grammy Awards, faites de beaux rêves.

> Jean-Baptiste Gandon

www
Jazz à l’étage, du 11 au 12 mars au Liberté, à l’Ubu, à l’auditorium de la Maison des associations…
www.jazzaletage.com Dianne Reeves, la diva du jazz

à suivre Retrouvez toute l’information sur les sorties culturelles et les loisirs dans L’Agenda des sorties dans Rennes Métropole, distribué tous les mois dans votre boîte à lettres.

Travelling Oslo

SI T’Y VAS PAS, T’AS THOR !

Hormis Liv Ullmann, aucun nom de la rétrospective norvégienne ne parlera immédiatement au « grand public ». Ce qui n’est pas signe de médiocrité, les cinéphiles s’emballant à la vue des films de Pal Sletaune (Junk Mail), Peter Naess (Elling), Joachin Trier (Oslo 31 août – visuel de l’affiche de cette édition) ou de l’acteur Bjorn Floberg. Bienvenus aussi les focus sur les Vikings, les polars nordiques, les zombies norvégiens ou les vidéastes plasticiens (Ane Hjort Guttu, Nicolas Provost).

Parmi les nouveautés du festival, une section Urba[Ciné] dédiée à la cinégénie urbaine et aux jeunes cinéastes français, en partenariat avec l’Acid (Association du cinéma indépendant pour sa diffusion). Place aussi aux « Mutations numériques » avec une journée spéciale Mashup (collages) et une table ronde autour de la critique cinéma sur Internet. À noter : l’unique, et exceptionnelle, projection de deux documentaires inédits de Jean Epstein tournés en 1934 pour le journal Ouest-Éclair. 02 23 46 47 08
www.clairobscur.info

Festival Les Embellies #17
L’EAU, L’ART, LE FEU

Savez-vous comment naissent les méduses ? Les projections de lave, en se refroidissant dans l’eau, donnent naissance à ces êtres tout en grâce translucide. Une nouvelle fois, l’affiche des Embellies, réalisée par Yoann Buffeteau, ne manque pas d’imagination, à l’image d’une programmation bien sous tous les cratères : Mansfield TYA, Fat Supper (nouvel album Academic Sausage), Mina Tindle (nouvel album Parades), Chapelier Fou (nouvel album Deltas), La Féline (nouvel album Adieu l’enfance), Pneu… Autant de pépites qui illumineront bientôt les salles obscures rennaises. À noter également : le retour en terre rennaise des gars bien de Gable. Au pied du volcan, c’est le pied ! Du 3 au 8 mars, salle de la Cité, l’Antipode MJC, Le Sablier, Le Jardin Moderne, etc. 02 99 30 45 76
www.festival-lesmebellies.com

Pour faire paraître une annonce dans L’Agenda des sorties ou sur les sites internet, entrez désormais vos informations sur
www.infolocale.fr

Retrouvez également l’agenda sur

metropole.rennes.fr

rubrique « Pratique »



N° 21 / février - mars 2015 / Rennes Métropole Magazine 51