Dans cette parution

Aller directement à la page

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56

INITIATIVES COMMUNES

Acigné
Bécherel
Betton
Bourgbarré
Brécé
Bruz
Cesson-Sévigné
Chantepie
Chartres-de-Bretagne
Chavagne
Chevaigné
Cintré
Clayes
Corps-Nuds
Gévezé
L’Hermitage
La Chapelle-Chaussée
La Chapelle-des-Fougeretz
La Chapelle-Thouarault
Laillé
Langan
Le Rheu
Le Verger
Montgermont
Miniac-sous-Bécherel
Mordelles
Nouvoitou
Noyal-Châtillon-sur-Seiche
Orgères
Pacé
Parthenay-de-Bretagne
Pont-Péan
Rennes
Romillé
Saint-Armel
Saint-Erblon
Saint-Gilles
Saint-Grégoire
Saint-Jacques-de-la-Lande
Saint-Sulpice-la-Forêt
Thorigné-Fouillard
Vern-sur-Seiche
Vezin-le-Coquet

Le technicentre SNCF sur de nouveaux rails

Implanté à Rennes depuis la fin du XIXe siècle, le technicentre de la SNCF a pris en janvier ses quartiers dans la zone industrielle de Mivoie. Une petite révolution pour les 450 cheminots rennais, qui vont désormais travailler dans des locaux ultramodernes.

Saint-Jacques-de-la-Lande « C’est un déménagement hors norme, confie Jean-Paul Gomaris, directeur du technicentre. Mais ça ne s’est pas fait en un jour. L’idée a émergé en 2010. » Depuis la fin du XIXe siècle, les ateliers étaient situés près de la gare de Rennes, rue Pierre-Martin. « Pendant des dizaines d’années, on a réparé des wagons. Cette activité n’existe plus. Aujourd’hui, nous sommes spécialisés dans la réparation de tous les systèmes de freinage. » Les freins de tous les TGV, TER, Thalys, Eurostar arrivent chaque jour par camion ; 120 000 pièces sont traitées chaque année. Depuis peu, les pièces hydrauliques pour les métros et les trams de nombreuses villes de France et d’Europe y sont aussi réparées. « Nous avons fait le choix de la compétitivité, souligne le directeur. Le pôle ingénierie est installé ici, comme les ouvriers spécialisés. C’est un véritable atout, car les théoriciens et les praticiens sont sur le même site. On voit tout de suite si une idée peut fonctionner ou pas. » Cette activité a vocation à se développer grâce à des process plus efficaces, plus rapides et plus fluides, avec des machines neuves.

600 salariés à terme

Dans l’ancien centre, composé de 25 bâtiments répartis sur 7 ha, une pièce pouvait faire plus d’un kilomètre au cours de sa réparation. Le nouveau bâtiment couvre une surface de 19 000 m2 en un seul tenant, sur un site de 3,5 ha. À terme, 600 salariés pourraient y travailler. L’emplacement au sud de Rennes n’a pas été choisi au hasard. De nombreux salariés résident dans ce secteur. Rennes Métropole et l’agence d’aménagement « Territoires » ont oeuvré avec la SNCF pour trouver un lieu à la fois proche de la rocade et de la ville, et bien desservi par les transports en commun et les pistes cyclables.

> Carole André



6 Rennes Métropole Magazine / N° 21 / février - mars 2015