Dans cette parution

Aller directement à la page

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56

ACTION MÉTROPOLITAINE

Investissements en hausse pour le budget 2015

exceptionnel Le budget 2015 de Rennes Métropole est fortement marqué par les investissements, notamment ceux liés à la deuxième ligne de métro. Il porte aussi l’empreinte des transferts de compétences associés au passage au statut de métropole.

Le premier budget de la métropole, adopté lors du conseil du 18 décembre, s’élève à 829,70 M€, contre 642,45 M€ en 2014. « L’élément clé du budget 2015 est le montant inégalé d’investissements », annonce d’emblée Jean-Luc Chenut, vice-président en charge des finances. De 320 M€ en 2014, les investissements passent à 387 M€ en 2015, à périmètre constant, c’est-à-dire, si on ne prend pas en compte les transferts de compétence liés au passage en métropole. Avec ces transferts, comme la reprise des investissements du parking Féval, à EuroRennes, les investissements s’élèvent à 464 M€. « Les communes ne financeront plus les investissements pour les voiries, l’assainissement, l’eau potable… » Bien évidemment, ces transferts de charges sont compensés par des recettes, ou, plus précisément, par la modification des attributions de compensation versées aux communes.

Les transports, premier poste de dépense

laquo; Il y a une forte progression des investissements transports, avec une montée en puissance des travaux de la ligne b, qui mobilise à elle seule 250 M€ en 2015. » Les deux postes de dépense suivants sont liés aux nouvelles compétences : la voirie, l’éclairage public et les eaux pluviales (77 M€) et les réseaux urbains (67,60 M€), qui comprennent notamment l’assainissement et les réseaux de chaleur. Le budget reflète aussi l’engagement de Rennes Métropole dans des grands chantiers, comme le centre des congrès, ou le programme local de l’habitat, qui pèse 27 M€. « Les choix de Rennes Métropole sont des réponses aux besoins économiques, de transports, de logements, de travail », soutient Jean-Luc Chenut, qui poursuit : « Ces chantiers ce sont aussi des emplois. Les plus importants concernent de grandes entreprises, mais aussi celles de petite taille, plusieurs centaines… » La Fédération régionale des travaux publics a récemment rappelé le poids important de Rennes Métropole à l’échelle de la Bretagne.

Anticiper la baisse des dotations de l’État

« Nous avons la volonté d’une maîtrise forte des dépenses de fonctionnement courantes. » Ainsi, ce poste baisse de 0,7 % par rapport à 2014. Une première. « Ce sera encore plus vrai en 2015 et dans les années à venir. Il s’agit de faire face à la baisse des dotations de l’État, en particulier la Dotation générale de fonctionnement. S’il n’y avait pas eu le passage en métropole, nous aurions perdu 6 M€ en 2015, mais nous attendons une bonification estimée à 2 M€, soit au final 4 millions de pertes. » Les principales recettes 2015 sont constituées par le recours à l’emprunt, 210 M€, via, principalement, le prêt accordé par la Banque européenne d’investissements pour la ligne b et par la fiscalité des ménages et des entreprises (183,50 M€), à parts à peu près équivalentes désormais. > Monique Guéguen

EN CHIFFRES 829,7 millions d'euros, le budget 2015 de la métropole.

www
Retrouvez Le budget 2015 de Rennes Métropole : metropole.rennes.fr/politiques-publiques

463,88 M€ investis par la métropole

La hausse des investissements en 2015 est due à l'engagement de grands projets, principalement les travaux de la ligne b du métro.



30 Rennes Métropole Magazine / N° 21 / février - mars 2015