Dans cette parution

Aller directement à la page

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56

ÉCONOMIE

À SAVOIR

> Les partenaires de la French Tech : Rennes, Rennes Métropole, Saint-Malo Agglomération, la Cantine numérique rennaise, Rennes Atalante, Images & Réseaux, Bug, B-com, la chambre de commerce et d’industrie de Rennes, Rennes la Novosphère, AMA (Advanced Mobile Applications), Artefacto, Astellia, Digitaleo, EI ICT Labs, Orange.

EN CHIFFRES

Nouveaux emplois dans le secteur du numérique : 1 000 C’est l’objectif de Rennes Métropole et Saint-Malo Agglomération, tous les ans, pendant 10 ans.

La French Tech Rennes se lance à la Mabilais

Axelle Lemaire, secrétaire d’État au Numérique, était à Rennes le 5 décembre pour rencontrer les acteurs de la French Tech Rennes, après l’obtention du label le 12 novembre.

Au cœur du bâtiment de l'ancien siège historique des télécoms à la Mabilais, une quarantaine d’acteurs de la French Tech Rennes se sont réunis pour présenter leurs activités à la secrétaire d’État en charge du Numérique, Axelle Lemaire : AMA, les Mooc de Télécom Bretagne, 3D Experiencity, le labFab, LoRA Fabian, etc. Dans ces locaux, où la French Tech Rennes devrait s’installer en 2015, Axelle Lemaire a également rencontré les incubateurs et les accélérateurs qui forment et accompagnent les futures entreprises du numérique et de l’innovation.

Soutenir l’innovation

La secrétaire d’État franco-canadienne a pris le temps de questionner, de comprendre, de tester. « Je suis venue féliciter l’ensemble des acteurs qui se sont fédérés pour ce projet et constater la vitalité de l’innovation numérique à Rennes, a déclaré la secrétaire d’État. Pour obtenir ce label French Tech, il y a eu toute une démarche agrégative qui doit être saluée. »

« En 2015, notre objectif est de devenir attractifs à l’international avec la participation des entreprises French Tech à plusieurs grands salons du numérique à Las Vegas, Londres et Austin. » Axelle Lemaire souhaite aussi que les start-up trouvent des pistes de financement et un accès à la commande privée par le biais des multinationales françaises. « Dans un an, nous ferons un premier bilan, ce sera la condition pour une seconde labellisation pour trois ans. » Marine Degrenne

Une nouvelle pépinière d’entreprises pour le numérique

Une nouvelle pépinière TIC/Numérique remplacera en 2016 Gallium et Germanium, deux pépinières à vocation technologique situées sur le site de Rennes Atalante Beaulieu. Elles accueillent en moyenne 30 entreprises par an, sur une surface utile de 4 000 m2. Réalisées dans le milieu des années 1980, elles ne sont plus adaptées aux nouvelles pratiques ni aux attentes des jeunes entreprises (cablage, performance énergétique…). La création de la nouvelle pépinière a été votée par le conseil communautaire du 20 novembre. Elle sera située aux Champs-Blancs à Cesson- Sévigné. Les premières constructions de l’écoquartier ViaSilva accueillent déjà l’IRT B-com, Technicolor, Cap Gemini et bientôt Thomson Vidéo Networks. La pépinière viendra renforcer le soutien aux start-up, cœur de cible du label French Tech.

> M. G.



28 Rennes Métropole Magazine / N° 21 / février - mars 2015