Dans cette parution

Aller directement à la page

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56

DOSSIER La métropole en marche

La mécanique change

transition Depuis le 1er janvier, Rennes Métropole porte son nom mieux que jamais en devenant une métropole de plein exercice. Quels sont les effets de cette évolution pour le territoire et les métropolitains ?

Le passage en métropole signifie qu’avec ses 43 communes, Rennes Métropole exerce des compétences nouvelles ; l’eau, l’assainissement, la voirie en font partie. En clair, certains services assurés par les communes sont transférés à la métropole. Avec cette évolution, Rennes Métropole s’engage à ce que les habitants bénéficient du service public auquel ils ont droit avec la même qualité qu’avant, sinon meilleure. « Il ne doit pas y avoir de rupture dans les prix, dans les services rendus, dans les interlocuteurs. Les choses doivent être transparentes pour les métropolitains. » Philippe Faysse est directeur général adjoint de Rennes Métropole et responsable du pôle Espaces publics et Services urbains. Alors qu’est-ce qui change ?

« À court terme, peu de choses dans le quotidien des habitants. Par contre, c’est dans l’organisation politique et technique que que les choses vont changer. »

Vers un prix unique de l’eau

Selon les communes, la gestion de l’eau potable est déléguée à des sociétés comme Veolia ou la Saur. Ces entreprises assurent l’ensemble des tâches techniques liées à la production

et à la distribution de l’eau potable pour le compte des communes regroupées en plusieurs syndicats. À partir du 1er avril, ces derniers seront dissouts. Les communes ont confié à Rennes Métropole le soin de les représenter au sein d’une nouvelle structure chargée de la production et de la distribution de l’eau potable : Collectivité Eau du Bassin rennais (CEBR). Côté prix, ils vont actuellement de un à deux sur le territoire. À terme, Rennes Métropole souhaite plus d’harmonie dans les tarifs et tendre progressivement vers un prix unique. « Ce sera au plus tard dans dix ans et au rythme de l’échéance des contrats de délégation en cours », précise Philippe Faysse. Dans l’immédiat, les abonnés constateront peu de changement puisque le service reste le même et est assuré par les délégataires. Seul le logo en haut de leur facture sera différent.

L’assainissement, en gestion proper

Rennes Métropole gérera cette compétence en propre avec ses services. La facture que recevront les habitants portera le logo de Rennes Métropole ; le prix, lui, restera le même. Le changement sera visible lors des contrôles des raccordements au réseau d’assainissement, par exemple lors de la vente d’une maison. Dans la plupart des communes, ces services étaient jusqu’ici assurés par des prestataires.

À NOTER

> Les réseaux de chaleur. Ils étaient gérés par des délégations de services publics et cela va continuer. Les contrats que les communes avaient passés avec les entreprises délégataires sont transférés à la métropole qui en prend donc la responsabilité. Pour les abonnés, le prix reste le même.

www
Retrouvez une infographie sur les compétences de la métropole : metropole.rennes.fr/politiques-publiques Sur la page « La transformation en métropole »

« Le transfert de compétences est un sujet important et un enjeu de proximité. Nous accompagnerons les communes en fonction de leurs problématiques. » Philippe Faysse.



22 Rennes Métropole Magazine / N° 21 / février - mars 2015