Envoyer par email

TRIBUNES 39

DÉBATTRE EN VAL-DE-MARNE

GROUPE FRONT DE GAUCHE PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS PARTI DE GAUCHE CITOYEN

Alain Desmarest

Premier vice-président du Conseil général chargé des Collèges et de l’Action pour la réussite éducative Canton du Kremlin-Bicêtre / Gentilly

Construisons l’école de l’égalité assurant la réussite de tous

La rentrée se déroule cette année dans un contexte particulier, inédit, porteur de craintes et d’espoirs.

La droite, si prompte à construire une société inégalitaire où les individus sont mis en concurrence afin de servir les intérêts des puissances d’argent, a été sévèrement sanctionnée au printemps.

La gauche de gouvernement n’a pas le droit de décevoir.

Les attentes d’une large majorité de Français sont grandes. Et même si la crise économique n’ouvre pas d’espoirs fous dans la tête de chacun, il serait incompréhensible et grave de conséquences que la mise en œuvre d’une autre logique que celle plaçant l’humain au cœur des choix politiques plutôt que des intérêts financiers se concrétise pour les Français.

Ainsi, en cette période de rentrée scolaire, les enjeux sont multiples et déterminants.

L’école française est en crise. C’est le résultat de plusieurs décennies de mesures qui ont abouti à une école inégalitaire qui créé la sélection et l’échec de 20 % des élèves, qui divise au lieu de construire du commun.

Depuis près de dix ans, l’école publique et laïque, fondement de l’esprit républicain, a été délibérément mise au service du libéralisme par les gouvernements successifs dans le seul but de former un salariat divisé et flexible, des citoyens dociles conformément aux orientations européennes.

Une véritable fracture dans l’accès aux connaissances s’est imposée dans notre pays, allant a contrario de l’engagement des enseignants et de l’attente des familles.

Il est urgent de fixer d’autres ambitions à l’école.

Il est urgent de permettre à tous les jeunes, quelle que soit leur origine sociale, culturelle, géographique, la maîtrise des savoirs de plus en plus complexes, constituant une culture commune de haut niveau, permettant l’émancipation de chacun. Permettant la maîtrise de choix individuels et collectifs futurs, de comprendre le monde, la société pour y prendre pleinement sa place et en être acteur.

Quelques premières mesures ont été prises par le gouvernement Ayrault. Elles étaient urgentes, nécessaires et attendues. Il s’agit d’un premier signe positif, qui doit trouver un prolongement à l’occasion des prochaines rentrées scolaires en termes de moyens supplémentaires.

Une concertation a été lancée afin de construire une « loi d’orientation pour l’école » animée par le ministre de l’Éducation.

En période de crise, l’école constitue un véritable enjeu de société pour contribuer à rétablir la confiance et préparer l’avenir. L’échec scolaire, les inégalités ne sont pas une fatalité.

À nos yeux, l’affirmation de la capacité de tous les élèves à entrer dans les apprentissages scolaires et de réussir doit être un fondement de tout projet éducatif progressiste.

Pour cela, il faut soustraire notre école des logiques libérales, inégalitaires et ségrégatives, répondant aux objectifs du marché.

C’est cette volonté qui doit être affirmée et que nous porterons dans ce débat.



LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL • N°293 • SEPTEMBRE 2012